Meubles, linge de maison et literie

Le périmètre du secteur Meubles, linge de maison et literie de la WF 13 (la classification Kompass) recouvre sensiblement ceux des organisations professionnelles suivantes : l’UNIFA (Union Nationale des industries françaises de l’ameublement) pour les fabricants, la FNAEM (Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison) pour les négociants et — au sein de la FENNTISS (Fédération nationale du tissu) — BLANC, le Syndicat […]


Le périmètre du secteur Meubles, linge de maison et literie de la WF 13 (la classification Kompass) recouvre sensiblement ceux des organisations professionnelles suivantes : l’UNIFA (Union Nationale des industries françaises de l’ameublement) pour les fabricants, la FNAEM (Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison) pour les négociants et — au sein de la FENNTISS (Fédération nationale du tissu) — BLANC, le Syndicat du blanc, la Chambre syndicale des textiles d’ameublement (CSTA) et enfin le SEGIT, Syndicat des éditeurs grossistes et importateurs de tapis et revêtements.
L’activité de ce secteur est très contrainte par la baisse des mises en chantier ou des rénovations de logements. Ainsi entre 2010 et 2014 la production des principaux produits accuse soit une stabilité (fabrication de textiles, de meuble de magasins, de meubles de cuisine et de matelas), soit, pour la fabrication des meubles de cuisine, une légère hausse en 2012 suivie à nouveau d’un tassement significatif en 2014. Le chiffre d’affaires des sièges d’ameublement d’intérieur chute de plus de 17 % entre 2010 et 2014 (source Insee).
D’un montant de 9,63 milliards d’euros en 1990, le chiffre d’affaires du secteur était de 9,12 milliards d’euros en 2014, soit près de 700 millions en retrait. L’IPEA (Institut de prospective et d’études de l’ameublement) évalue le recul du marché du meuble à 1,4 % pour 2014. Forte de ses 124 000 salariés, fabrication et négoce confondus, la profession demande au gouvernement de prendre des mesures incitatives à la reprise de la consommation.

Deux régions leaders

Île-de-France (26,1 %) et Rhône-Alpes (15,9 %) réalisent 42 % du chiffre d’affaires du secteur. Situées sur des axes industriels majeurs, ces deux régions tirent la production. Viennent ensuite un pool de 6 régions qui assurent entre  7,5 % et 4,2 % de la production pour un total de 36,1 %. Dans ce deuxième groupe, près de 11 % sont à mettre au compte de deux régions historiques pour l’industrie du textile alors qu’elles sont engagées dans un profond processus de reconversion : le Nord-Pas-de-Calais et la Lorraine. Ainsi 8 régions sont nécessaires pour atteindre 78,1 % de la production nationale du secteur. Le secteur Meubles, linge de maison et literie représente 26 792 entreprises et établissements. 85 % des entreprises de la filière emploient moins de 10 salariés. 1 % des entreprises de la distribution et 2,5 % de la fabrication emploient plus de 50 salariés (source FNAEM et UNIFA/ IPEA).

Deux branches réalisent un tiers du chiffre d’affaires

Le secteur Meubles, linge de maison et literie compte 54 branches dans la nouvelle classification Kompass. 3,7 % de ces branches totalisent 1/3 de la production totale, soit Mobilier pour la maison (18,48 %) et WC (14,9 %). Oscillant chacune entre 7,88 % et 5,53 % de la production,  les 5 branches suivantes assurent le deuxième tiers de la production totale (34,5 %). Très dépendantes de la reprise de la construction des logements, les branches mobilier de cuisine et WC (salle de bains) sont dans le top 5 des branches, et sont susceptibles d’affecter sensiblement les performances du secteur tout entier suivant les évolutions de la conjoncture.

8,84 % de l’offre représente 80 % de l’activité 

Le secteur Meubles, linge de maison et literie totalise 848 des 4 035 produits de la famille Construction, bâtiment, bois et habitat. 8,84 % de cette offre (soit 75 produits ou services) pèsent 80 % du chiffre d’affaires du secteur. Comme pour les autres secteurs de la famille, l’activité devrait continuer à souffrir en 2015 de la faible production de bâtiments neufs (tant dans le logement que dans le non résidentiel). Si en 2015 l’embellie ne vient pas du marché intérieur (malgré une stabilisation de la conjoncture avec un premier trimestre 2015 à +0,9 %) la légère reprise des exportations de meubles et la diminution des importations seraient de nature à réduire le déficit commercial. En effet après une période de concentration, les fabricants et exportateurs de meubles se positionnent sur des marchés extérieurs plus porteurs et à plus forte valeur ajoutée. Par ailleurs, production traditionnelle en fort déclin, le textile s’oriente néanmoins vers des produits innovants à haute technicité et à forte valeur ajoutée destinés non seulement à la construction mais aussi à l’industrie, à la santé, au transport…
Note méthodologique : La base de données françaises exploitée dans les statistiques ci-dessus (sauf mention contraire) est exhaustive pour les entreprises industrielles de plus de 10 salariés et les entreprises de service de plus de 50 salariés. Elle est principalement structurée par la WF 13 de Kompass International qui est une classification arborescente internationale de produits et services à quatre niveaux : 15 familles ; 67 secteurs ; 3 015 branches ; 55 000 produits.

Comentarios

Laisser un commentaire

Pas de commentaire