Agroalimentaire : la France leader européen de l’ostréiculture

La France confirme, en 2013, son rang de premier producteur d’huîtres  (80 millions de tonnes) et de deuxième producteur en aquaculture (205 000 tonnes) de l’Union européenne, par ailleurs principal partenaire commercial de la flotte nationale. Ces activités mobilisent une part majeure de la flotte de pêche métropolitaine (plus de la moitié des bateaux). 1,09 […]


La France confirme, en 2013, son rang de premier producteur d’huîtres  (80 millions de tonnes) et de deuxième producteur en aquaculture (205 000 tonnes) de l’Union européenne, par ailleurs principal partenaire commercial de la flotte nationale. Ces activités mobilisent une part majeure de la flotte de pêche métropolitaine (plus de la moitié des bateaux).

1,09 milliards d’euros de CA en 2013

Entre 2012 et 2013, l’ensemble de la flotte a accru ses captures (pêche, aquaculture incluse) « de 2,7 % en quantité et de 3,7 % en valeur. En 2012, le chiffre d’affaires total des navires est estimé à 1,09 milliard d’euros » précise également l’édition 2014 des chiffres clés de la pêche et de l’aquaculture, rendue publique récemment par le ministère du Développement durable et de l’Ecologie. Cet annuel statistique esquisse, en trois chapitres (Pêches maritimes, Secteur de l’aquaculture, Commercialisation des produits de la mer), un portrait économique et social de l’activité, ponctué d’indications tendancielles.

Plus de 7000 navires en activité

Selon l’étude, un recul de l’activité est néanmoins sensible depuis 2012, moins lié à la baisse des quantités produites qu’à une dégradation des prix de vente corrélée notamment à la crise qui affecte l’Europe du Sud. La balance commerciale du secteur reste ainsi fortement déficitaire, à l’exception entre autres de l’ostréiculture.
En 2013, la production est assurée par plus de 7000 navires (environ 7 % de la flotte européenne) très majoritairement de petite taille, dont plus de 60 % immatriculés en Métropole et plus particulièrement en Bretagne. Près de 200 entreprises travaillent, à l’aval, dans la transformation des produits (conserverie, plats cuisinés), soit « 2,8 % des emplois des IAA ».

• Références

Direction générale de l’énergie et du climat, Ministère du Développement durable et de l’écologie. « Pêche et Aquaculture, Chiffres clés 2014 ». En ligne. 24 pages. Décembre 2014. Consulté le 20/01/205. http://www.developpement-durable.gouv.fr
Retrouvez tous les ostréiculteurs sur l’annuaire des entreprises Kompass.

Comentarios

Laisser un commentaire

Pas de commentaire