Les produits métallurgiques

Le périmètre du secteur Produits métallurgiques de la WF 13 (la classification Kompass) est celui de la filière industrielle de transformation des métaux (acier, magnésium, zinc, titane, cuivre, plomb, nickel, laiton, métaux précieux et rares, que métaux lourds radioactifs…) à partir des minerais mais aussi de la fabrication de produits semi finis destinés essentiellement aux industries (BTP, mécanique, aérospatiale, automobile…). Ce secteur comprend la fabrication […]


Le périmètre du secteur Produits métallurgiques de la WF 13 (la classification Kompass) est celui de la filière industrielle de transformation des métaux (acier, magnésium, zinc, titane, cuivre, plomb, nickel, laiton, métaux précieux et rares, que métaux lourds radioactifs…) à partir des minerais mais aussi de la fabrication de produits semi finis destinés essentiellement aux industries (BTP, mécanique, aérospatiale, automobile…).
Ce secteur comprend la fabrication de l’acier et de ses alliages ainsi que leurs premières transformations. Il englobe également la métallurgie des  métaux non ferreux, stratégiques et précieux, ainsi que la fonderie qui produit tous les objets moulés.
Ces activités emploient 100 000 personnes pour un chiffre d’affaires de 34 milliards d’euros (source Observatoire de la métallurgie).
En 2013, l’ensemble forge et fonderie emploie 41 000 personnes (contre 45 000 en 2009)  dans moins de 500 unités de production qui dégagent 7,03 milliards d’euros de chiffre d’affaires (en baisse depuis 2011 – 7,8 milliards d’euros). La forge et fonderie française se hisse au 3e rang européen et au 11e mondial (source Forge Fonderie Fédération).
En crise depuis plusieurs décennies, la production d’acier brut est remontée à près de 16 000 milliers de tonnes en 2013, après un plus bas de 13 000 milliers de tonnes en 2009, contre plus de 23 000 milliers de tonnes en 1980 (source data.lesechos.fr).

Trois région majeures

poids_region_Produits_metallurgiques
L’analyse des chiffres d’affaires du secteur Produits métallurgiques par région donne une place prépondérante à la région capitale Île-de-France, imputable pour une bonne part à l’implantation des sièges sociaux (37,5 % du chiffre d’affaires national).
Ensuite, deux régions parmi les plus industrialisées de métropole hormis la région capitale produisent 35,1 % du chiffre d’affaire : le Nord-Pas-de-Calais (19,5 %) et Rhône-Alpes (15,6 %). En Rhône-Alpes, la métallurgie représente 43 % des entreprises industrielles pour 50 % des emplois industriels et 11 % du total des emplois de la région ; les départements du  Rhône et de l’Isère pèsent plus de 50 % du total (source : L’emploi et la formation dans la métallurgie,  Région Rhône-Alpes, Observatoire de la métallurgie –avril 2012- ).
Berceau historique de la sidérurgie, dorénavant sinistrée, la région Lorraine est classée en 13e position  avec seulement 1,2 % du chiffre d’affaires national.
Au nord de l’axe Le Havre Marseille, les plus grosses régions productrices de produits métallurgiques sont implantées dans des territoires à forte tradition industrielle : soit dans le cœur industriel français (Bassin parisien), soit dans des zones historiques les plus anciennement industrialisées (Nord-Pas-de-Calais), soit dans des zones à fort développement transfrontalier (Rhône-Alpes).

Une production par branche concentrée

top_secteur_25_Produits_metallurgiques

Cliquez pour agrandir

Les 10 premières branches, soit un peu plus de 21 % des branches du secteur Produits métallurgiques de la nouvelle classification Kompass, produisent 81,70 % du chiffre d’affaires de ce secteur. Plus des 2/3 du chiffre d’affaires du top 10 relèvent de l’aciérie (pour 54,56 % du total du secteur). Près de 30 % concernent le fer, l’aluminium, les métaux légers ainsi que leurs alliages. Après une forte chute de la production entre 2007 et 2009, la production de la métallurgie de l’aluminium a connu une nette croissance pour se stabiliser entre 2011 et 2013 à un niveau inférieur de près de 10 % à celui de 2007 puis connaître une nouvelle chute importante en 2014.
La production de la métallurgie du plomb du zinc et de l’étain, qui se redresse depuis le point le plus bas de la dépression en 2009, accuse encore 31 % de moins par rapport au plus haut de 2007. Malgré un net rebond entre 2009 et 2010, la production de cuivre poursuit sa baisse entamée en 2006 (moins 46 %).
De ces productions, fonderie de fonte, fonderie d’acier, fonderie des métaux légers, ainsi que  forge estampage, matriçage et métallurgie des poudres, toutes ont renoué avec la croissance de leur chiffre d’affaires, mais en restant bien en deçà de leurs maxima de 2006-2007 (entre -10 % et -29 %).
Après un rebond entre 2009 et 2011, la sidérurgie, l’étirage, le laminage le profilage et le tréfilage à froid  ont vu leurs productions s’orienter à nouveau fortement à la baisse pour atteindre en 2014  un niveau inférieur de 15 % à 32 % à celui de 2007 — source Insee.

Une production peu concentrée

Concentration_production_produits_metallurgiques
Le secteur Produits métallurgiques totalise 518 (19,78 %) des 2619 produits de la famille Métallurgie, mécanique et sous-traitance.
Les productions de Fils machine en acier (11 % du chiffre d’affaire du secteur), de Frisettes en métal (9 %), de Tôles et fueillards en acier laminé à chaud (8 %) et de Tôlerie pour réservoir et cuves (7 %) représentent 1/3 du chiffre d’affaire. Mis à part ces 4 produits, aucun des produits suivants ne dépasse 5 % du chiffre d’affaires.

Les intérêts des activités regroupées au sein du secteur Produits métallurgiques sont représentés par de nombreux syndicats, associations et fédérations entre lesquels existent de nombreux liens (adhésion, réseau, membre…).
Adhérentes de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (l’UIMM, elle même adhérente au MEDEF et à la CGPME), deux grosses fédérations remplissent cette fonction :  la Fédération forge fonderie (FFF) et la Fédération française de l’acier (FFA). La FFA fédère directement des entreprises mais aussi les syndicats suivants : l’APA (Association professionnelle des armaturiers), le CTPL (Centre technique et de promotion des laitiers sidérurgiques), le GESIM ( Groupement  des entreprises sidérurgiques et métallurgiques), le SIFTA (Syndicat de l’industrie française du tube d’acier) et le SPAS (chambre syndicale des producteurs d’aciers fins et spéciaux). Non seulement adhérentes de la FFA la FFDM (Fédération française de la distribution des métaux) et le SNPPA (Syndicat national du profilage des produits plats en acier), ces deux organisations patronales sont aussi des partenaires directs de Construire’acier,  association de promotion de la construction en acier, à l’instar de la FFA.
La FFA et la Fédération des minerais, minéraux industriels et métaux non ferreux  (FEDEM) ont créé le réseau A3M (Alliance des minerais, minéraux et métaux) dont la vocation est de « donner une meilleure visibilité aux professions » de leurs membres. La FEDEM regroupe les chambres syndicales des Industries minières, du Cuivre et de ses alliages, du Plomb et des métaux blancs, du Zinc, des Fondeurs affineurs et négociants en métaux précieux, du Nickel et de ses alliages, des Métaux et produits spéciaux et le Syndicat général des affineurs de France.
Les liens et intérêts forts qui unissent la sidérurgie et la métallurgie à l’industrie française se concrétisent dans l’adhésion de l’UIMM au Groupement de fédérations industrielles (GFI).
Enfin, le Syndicat du commerce international des produits et demi produits métallurgiques (SECIMETAL) a rejoint la Fédération des entreprises internationales de mécanique et de l’électronique (La FICIME, qui est membre du MEDEF).

Note méthodologique : La base de données françaises exploitée dans les statistiques ci-dessus (sauf mention contraire) est exhaustive pour les entreprises industrielles de plus de 10 salariés et les entreprises de service de plus de 50 salariés. Elle est principalement structurée par la WF 13 de Kompass International qui est une classification arborescente internationale de produits et services à quatre niveaux : 15 familles ; 67 secteurs ; 3 015 branches ; 56 000 produits.

Comentarios

Laisser un commentaire

Pas de commentaire